D’un jeu à l’autre

« Quand vous ne savez pas où aller, peu importe la route que vous choisissez  » Horst Wein, the key to better hockey.

Plusieurs fois, nous avons fait  référence aux travaux de Horst Wein, qui selon de nombreux pays est considéré comme la renaissance du football de rue. Pour nous, son plus grand apport est d’avoir considéré le football comme une activité organique. Ses deux axes de réflexion étaient, un, d’adapter la pratique du football avec le développement naturel de l’enfant (article le formateur des formateurs) et deux, d’ajuster sa complexité à ce dernier. Il est intéressant de noter que lorsque l’on fait des recherches sur la toile en langue française nous trouvons uniquement un hommage fait par la fédération de hockey.

https://www.ffhockey.org/actualite-des-clubs/281-hommage-a-horst-wein.html

En le relisant , nous voulions souligner cette phrase « sa carrière en tant que joueur lui a apporté l’expertise requise pour devenir entraîneur  » et la mettre en parallèle avec la discussion qu’il a eu avec Carlos Rexach, assistant de johan Cruyff au FC Barcelone, recruteur de Lionel Messi et initiateur de l’introduction de Horst Wein dans le monde du football.

« Carlos disait de moi que j’étais un idiot et un phénomène ! Quand je lui demandais plus de précisions, il me répondit :  » Je ne te comprends pas, tu te caches dans un sport mineur que personne ne connait ! Nous avons besoin de toi dans le football !  » Et il en fut ainsi… » Entrevue avec l’athletico de Bilbao.

Tout l’apport qu’il donna au monde du football ne lui vint pas d’une connaissance de ce sport en particulier mais d’une connaissance du sport collectif en général !

terrain de Hockey 3vs3

Il connaissait la logique interne du sport collectif.

« Quelles sont les différences entre l’enseignement du hockey et l’enseignement du football?

Il semble que les mêmes principes s’appliquent. Le hockey est l’un des sports d’équipe les plus difficiles à enseigner en raison de ses, à peu près, 150 gestes techniques différents et de la grande rapidité avec laquelle les actions se produisent, laissant très peu de temps à l’observateur, mais aussi au technicien, pour des décisions et pour l’exécution du geste technique décisif. La méthodologie et de nombreux principes tactiques sont très similaires à ceux du football. C’est pourquoi ce n’est pas un hasard si Beckenbauer, Schön, Van Gaal et Cruyff ont été des spectateurs de matchs de hockey internationaux importants. Ils étaient venus s’enrichir d’un jeu plus riche et plus varié. » Horst Wein, entretien avec Tulio Guterman.

Nous avions présenté quelques unes des similitudes de ces deux sports dans l’article https://xxemesiecle.football/2017/09/17/le-jeu-de-lhomme-libre/

S’il est vrai que la route importe peu lorsque l’on a aucune destination, se munir de quelques lumières n’est pas superflu, surtout si nous voulons voyager dans l’obscurité de l’inconnu !

Cette petite introduction nous pose une question majeure ! Pourquoi est-ce un homme issu du hockey qui révolutionna la méthodologie de l’apprentissage du football ?

Rappelons tout de même pour ceux qui émettent encore quelques doutes sur la méthodologie Horst Wein qu’en 2005, les Nations Unies ont estimé que  le Funiño en tant que méthode d’entraînement sportif complet véhiculerait de grandes valeurs aux jeunes, notamment pour les pays les moins développés d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie. Ou bien, dix ans plus tard le constat d’un journaliste Italien Matteo Maccor, dans la Republica, 3 décembre 2015.  » S’il y a le Barcelone du tiki-taka, si la cantera blaugrana a créé le mythe de Messi, si  Xavi et Iniesta ont conduit la Roja à remporter tout ce qui pouvait être mis sur leur passage, l’Espagne doit encore aujourd’hui remercier surtout les intuitions d’un technicien allemand, Horst Wein de Hanovre, qui a commencé il y a trente ans en Catalogne à théoriser son « Meilleur football pour les enfants. » 

Pourquoi ?

Pour y répondre, nous nous sommes posés une deuxième question !

Avez-vous déjà vu beaucoup d’enfants joués spontanément au hockey dans des parcs, sur des terrains vagues ?

Le hockey est un sport où les enfants arrivent à la pratique sans jamais avoir,ou presque, joué auparavant à ce sport. On comprend qu’il est essentielle, même crucial, pour les formateurs de développer une méthode d’apprentissage efficace.

Pour le football, c’est totalement l’inverse. C’est le sport le plus pratiqué dans le monde. C’est un secret de polichinelle : les enfants les plus talentueux sont les enfants qui y jouent le plus régulièrement ! Comme on aime à le répéter le jeu, le jeu, et encore du jeu !

Au hockey, il faut cultiver. Au football, il fallait seulement cueillir, mais pour être plus proche de la réalité,  il fallait piller cette ressource naturelle ! Voir aujourd’hui ce qui se passe autour des playground parisien. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder le parcours de la nouvelle star du football Français : Kylian M’Bappé. Lorsqu’il intègre Clairefontaine, il n’avait encore intégrer aucun club professionnel !

L’effondrement du football n’est donc pas dû à l’inefficacité de son apprentissage mais bien de l’effondrement de la pratique spontanée et fréquente du football par les enfants.

Voilà le plus grand défi lancer à ce sport, notamment au niveau français  : réinventer ses méthodes d’apprentissage !

Revenons à notre voyage ! Partons à la découverte de nouveaux espaces de jeu, afin de découvrir et redécouvrir notre jeu favori :  le football, appelé par Paco Seirul Lo, le Jeu des Jeux !

Le basket est né en 1891 grâce à James Naismith, qui fut le professeur de William Morgan,  qui inventa de son côté le volley ball quatre an plus tard. Mais bien avant cela, en 1823, W. Webb Elis inventa le rugby. Lors d’une partie de football, il prit le ballon dans les mains est couru jusqu’au but opposé !

C’est bien des années plus tard, disons une centaine d’années, que des chercheurs tentèrent de réfléchir sur une logique interne du sport Collectif. Pierre Parlebas fut un des initiateurs de cette réflexion dans le monde universitaire. Son objet était de réunir l’ensemble des activités sportives afin de les intégrer dans l‘Education Physique et Sportive. Il tenta de recoller l’éducation physique en miette, 1967, en un seul morceau, lui redonnait cohérence et cohésion.

Pour résumer, les sports collectifs, ceux qui nous intéressent plus particulièrement appartiennent à la même catégories PA ( P, pour partenaire, et A, pour adversaire).  Ceux sont des activités qui associent l’opposition et la collaboration. Voilà pour la partie sociologique, Pierre Parlebas définira cette spécificité comme socio-motrice.

Pour Metzler qui s’attarde plus sur l’aspect effectif de l’activité, le problème fondamental en sports collectifs consiste « à résoudre en acte, à plusieurs et simultanément, des cascades de problèmes non prévus a priori dans leur ordre d’apparition, leur fréquence et leur complexité » (Metzler, 1987)

Il se dessine alors la  logique interne suivante : opposition et collaboration dans un espace donné où chacun sera perpétuellement en phase de perception, décision et action/réaction.

Ne cachons plus la raison de ce voyage. Actuellement dans le football professionnel et les professionnels du commentaire de football, on entend souvent le terme « handballisation« .

Créé en 1898 par un Danois du nom d »Holger Nielsen, il fût d’abord pratiquer par des équipes à 11 contre 11, sur un terrain similaire à celui du football !

Voici une des rares vidéo qui existe sur la toile.

https://uschauvigny.clubeo.com/galerie-video/handball-a-11-match-de-1955-document-rare.html

Dans la deuxième partie du reportage, où l’on voit une séance d’entrainement, on apprend qu’un certain Helenio Herrera, surnomé HH, el Mago, avait repris des jeux, des exercices du handball pour les intégrer à ses séances. D’origine andalouse, c’est le premier entraineur français a avoir remporté une Coupe des clubs champions. Il est l’entraineur du Grand Inter Milan (1960-1968),  2 coupes des club champion en 64 et 65 et une finale perdu en 67, trois championnats.

Une de ses phrases marquantes:

« Le football moderne est la vitesse. Défile avec vitesse, passe la balle avec vitesse, marque et rétrograde avec vitesse, pense avec vitesse  » 

Il  est reconnu pour être l’inventeur du catenaccio, le verrou en Italie. Un mot qu’il détestait ! Pourtant lors de sa période à Barcelone, il avait développé un autre type de jeu :  rapide, intense et verticale. Première année au Barça, doublé coupe-championnat. L’année suivante le championnat avec une moyenne de plus de 3 buts par match et près de 76% de victoire.

La « handballisation » actuelle a  plusieurs raisons . Augmentation de la maitrise technique des joueurs, amélioration de la qualité des terrains (possibilité d’un jeu à ras terre précis et réduction des touches de balle, la première condition que mettait Johan Cruyff à son arrivée au FC Barcelone : un bon terrain !) et par conséquent apparition de défense basse, en zone.

Nous ne sommes pas face à une opinion mais à une réalité. Et comme toute réalité il faut soit la surmonter ou soit s’y incliner. Nous avons nos lumières pour éclairer le chemin, il nous faut maintenant un  guide pour escalader les sommets !

« Le monde ne sait pas où il va. Rien de ce qui existe ne sait où il va. Il n’y a pas de destination, il n’y a pas de but à atteindre. Il n’y a qu’une chose qui existe pour tout ce qui existe : un chemin à tracer, une trajectoire à dessiner, la plus belle et la plus pleine possible.
Il n’y a rien au bout du chemin que la fin du cheminement dans la mort ; aussi, seul le cheminement lui-même importe-t-il qui donne à l’existence sa seule et pleine valeur unique ! » L’art de vivre, Marc Halévy

Alors, on surmonte ?

Avant que vous répondiez à cette question, ré-écoutons Pep Guardiola pour bien évaluer l’ascension qui nous attend !

« Mon rêve est de faire entrer les 11 adversaires dans leur zone dès la première minute et de ne pas les laisser passer au milieu du terrain. Maintenant, pour cela, vous devez être très précis. Comme le dit très bien Marcelo [Bielsa], « Tout le monde défend les petits espaces et attaque de grands espaces ». Au lieu de cela, je veux attaquer de petits espaces et défendre de grands espaces. » tiré de Pep Guardiola : Métamorphose, Marti Perarno.

Le défi est lancé : prendre le risque d’attaquer des petits espaces et de défendre de grands espaces. L’un ne va pas sans l’autre ! On ne peut pas mettre le bus et prendre d’assaut en même temps !

En 2005,  Jürgen Klinsmann déclara dans la presse allemande que le hockey et le basket-ball étaient à des années-lumière du football en termes de recherche, d’enseignement et de préparation. Nous avons vu ce que le Hockey apporte et apportera au football, explorons maintenant ce que le basket-ball pourrait nous inspirer. Pour rassurer les plus sceptiques, il suffit de faire référence au poste de pivot pour s’apercevoir qu’il existe aussi des passerelles entre ces deux sports.

On ne peut pas parler de ce sport sans connaître Tex Winter, l’ombre de Phill Jakson.

11 titres NBA, sur 13 finales joués et  20 participations aux play-off en 21 saisons accomplies avec plus de 70% de victoires de moyenne. Mais je n’en dirais pas plus, je vous invite plutôt à explorer l’article suivant :

https://www.letemps.ch/sport/tex-winter-ladjoint-jouait-triangle

Sur les critiques du système de l’attaque en triangle ou sur ces limites, le grand absent de l’arbre généalogique de cette philosophie de jeu est Steve Kerr, entraineur de Golden State Warrior depuis 2014.

Pourquoi ?

Steve Kerr joua aux Chicago Bulls, équipe entrainée par Phill Jakson dont l’adjoint était Tex Winter. Il est intéressant de noter que les philosophies de jeu se transmettent régulièrement d’entraineurs à joueurs !

En tant qu’entraineur, il remporta le titre dès sa première année. Il perdra la finale la saison suivante et remporte les deux autres années qui suivent. Année en cours…

Pour les amoureux des chiffres, les statistiques sont impressionnantes . 2015-2016. Meilleur saison régulière de l’histoire de la NBA (73 victoires, 9 défaites). Sur la saison NBA 2016-2017, 70,5 % des paniers marqués par les Warriors sont arrivés après une passe décisive, contre une moyenne NBA de 57,9 %, soit la plus haute marque des treize dernières années. Ce n’est pas finit  ! Ils délivrent dix passes décisives secondaires (la passe précédant la passes décisive) par match ! Et le triangle ré-apparait…

« Eh bien, à chaque fois que je peux me mettre sur la chaîne Tex Winter, je  le fais ! J’ai tellement appris avec lui, et ce furent de grandes années à Chicago. Nous ne jouons pas le triangle, mais nous avons quelques concepts du triangle dans ce que nous faisons.  » Répond- il d’un sourire malicieux lors d’un interview effectué en 2015.

Nous nous retrouvons dans la raquette ! Le pivot de demain ne ressemblera pas à celui d’hier. Capable de jouer dans des petits espaces, les distances de passes avoisinerons 4 à 5 m.

La plus grande évolution se trouvera dans la terminologie des postes.

Le basket nous donne deux termes : intérieur et extérieur. L’intérieur insuffle le fond/la vie du jeu et l’extérieur délimite la forme/l’espace de jeu. Relire l’article https://xxemesiecle.football/2018/01/21/le-coeur-du-jeu-football-formation/

Par exemple,  pour le football à 8, nous avons 4 joueurs extérieurs qui définissent les quatre points cardinaux :  la largeur de jeu avec les deux latéraux , la profondeur avec l’appui et la couverture de jeu avec le soutien. Les quatre joueurs extérieurs ont la particularité d’être toujours face au jeu. L’appui joue dos au but mais il est face au jeu ! Il ne tourne jamais le dos à ses équipiers, lorsqu’il le fait , il joue l’espace et non plus le jeu !

Puis,  trois joueurs intérieurs qui créent le coeur du jeu… Capacité à jouer constamment dos au jeu, c’est à dire qu’ils donnent toujours le dos à un des joueurs de son équipe.

Sur les terrains d’entrainement, on remarque également cette évolution.

Les rondos sont des jeux où tous les joueurs sont extérieurs. les jeux de position sont des jeux où nous avons des joueurs intérieurs et des joueurs extérieurs. En fin, le funiño classique, à 3vs3, est un jeu où tous les joueurs sont intérieurs. Pour le funiño 4Vs4, il est préférable de « bloquer » un joueur soit dans la zone basse ou dans la zone haute afin de favoriser la création d’ un losange, et ainsi de créer un système sans intérieurs.

« Si vous changez la manière dont vous regardez les choses, les choses que vous regardez vont changer. »  Wayne Dyer.

Rien n’est figé par des postes, tout y est dynamisé par des positions. Qui sont vos intérieurs ? Pour quel jeu ? Par quels jeux ? Comment j’agrandis les espaces de jeux ? Avec quels extérieurs ?

Nous ne sommes pas au bout du chemin ! Il n’y en pas !

Je vous souhaite un bon voyage, en espérant se recroiser sur les pages de ce blog ou sur quelques espaces de jeu…

« Si vous faites ce que vous avez toujours fait, alors vous n’irez jamais plus loin de où vous êtes toujours arrivée. » Horst Wein

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s